*Astuce* Utiliser la "case à cocher" sous la zone de Recherche pour activer ou non les filtres pour des résultats contenant au moins une image ou vidéo.

Zangbeto, Société de masques, Aires Culturelles Adja-Tado, Yoruba-Nago

CLASSIFICATIONS
Patrimoine Immatériel
N/A
Rites et Pratiques Sociales
Architecture mixte
STATUT INSCRIPTION
Pas d'informations sur l'inscription sur liste indicative nationale.
Non inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Non défini.
DESCRIPTION

ZANGBETO

Zangbeto
Adja-Tado,Yoruba-Nago
Atlantique-Littoral,Mono-Couffo,Oueme-Plateau,Zou-Collines
Sud du Bénin.
Les principaux groupes socioculturels concernés sont les Goun, Xwlla, Xwéda
Le Goun est la langue utilisée dans la plupart des cas. Dans certaines régions comme dans le Mono, on assiste à l'introduction du xwla ou du guengbé. Néanmoins le rythme reste le même : c'est le Kaka.

 

Zangbeto est un masque de la région de l'Ouémé. Il est chargé de démasquer les voleurs, malfrats et les étrangers susceptibles d'apporter le danger dans la cité des Aînonvis (les habitants de Porto-Novo). C'est un masque policier qui veille sur la population et contrôle toutes les activités de la nuit. En goun, Zan signifie la nuit et Gbêto veut dire "homme" ou "chasseur" selon la prononciation. Le Zangbeto est mandaté par le Roi afin d'assurer la sécurité et l'ordre public pendant la nuit.

Le ZANGBETO est un masque en forme conique. Son ancêtre est le Kpakliyaou. Ce masque est un fétiche qui protégeait le roi contre les ennemis et les malfaiteurs. Il fût crée à Allada au XVII siècle et permis à Té Agbalin et ses partisans de fuir le combat que ses frères (Médji et Aho Dah-kodonou) lui avait déclaré pour la succession de leur père Dè-Koppon, pour s'installer à Adjacthè devenu Porto Novo. Il se consolida sur de nouvelles bases pour assurer sa durabilité ainsi que son respect. De son premier spectacle rempli de magie, surgit de terre un arbre "Ava". L'arbre apparu lors des démonstrations de magie, était un arbre implanté non loin de la case de Tè Agbanlin premier roi de Porto-Novo. C'’est cet arbre qui donna son nom au quartier d'Avassa qui signifie sous l'arbre "AVA".

Le premier masque sorti est le kpakliyaou,ancêtre et roi de tous les Zangbéto. Il a la case la plus haute dans la hiérarchie, elle peut atteindre 4 à 5 mètres. Plus tard, un autre masque apparut. Il s’agit de Lougoulougou qui est le fils du premier masque. Ces masques protégeaient la case de Té- Agbanlin et de ses partisans. Mais au fur et à mesure que ces derniers gagnaient des terres, d'autres masques étaient aussi créés. Ils constituaient la garde royale. Chacun d'eux s'identifiait à des animaux ou à des fétiches. C'’est ainsi que l'utilisation du masque commença à s'étendre à d'autres quartiers de la cité. Ceux qui ne gardaient pas Honmé étaient des policiers pour les autres quartiers. Pour gérer et organiser la sortie et l'utilisation de tous ces masques, le roi avait ressentit le besoin de créer une confrérie. C'est ainsi que le masque fût divinisé en devenant une institution pieuse, charitable. À partir de ce moment, nait le mystère qui entoure le masque. 


 

Ce masque originaire du Benin serait né à Porto Novo au milieu du XVIIIe siècle. Il aurait été créé par Té Agbanlin, après sa dispute avec ses frères pour fuir Allada et assurer la sécurité de ses troupes en route vers Adjatchè. Le masque s'impose plus tard comme étant la police du royaume. L’'histoire raconte qu'après la mort du roi d'Allada, roi des fons, ses trois fils Té Abgalin, Médji et Aho Dako Donou, voulant reprendre sa succession, se livrèrent une guerre acharnée. Après un violent combat, Aho quitta le territoire en traversant la Lama (A définir). Ainsi Tè Agbanlin et ses compagnons se retrouvèrent encerclés par l'armée de Médji. Pour fuir le combat, un des partisans de Té Agbalin, un membre de la dynastie des davié hôrou du nom de Padonou Hennoukou, eut l'idée de les faire partir en ayant recours à ces masques et au mystère qui les entoure.

Chefs Cultes, Dignitaires: Zangan Vadji ( chef culte)
"Les fabriquants de tambours, de gon et autres
-les couturiers
-les organisateurs de cérémonie
-les danseurs"
Sur le territoire de la cité (exceptés les enfants et les femmes, parce que jugés incapables de garder les secrets), tous les hommes sont obligatoirement initiés de peur d'être stigmatisés par la société et de subir toute sorte de brimades et de vexations. Seuls les nagos ne sont pas autorisés à s'affilier au masque parce qu'ils sont jugés trop bavards et très peu discrets (exceptionnellement, les dignitaires peuvent juger ces derniers dignes de confiance)
Zangan vadji( chef du culte) Zanvi( les initiés). Kpononhondji(gardien de la porte du couvent et donc contrôle les entrées). Houndjonoukpo( il s'occupe des sacrifices).
Par Initiation

Il faut subir une initiation pour avoir accès au couvent mais pour le spectacle il n'y a aucune restriction. Le spectacle est libre. Pour être initié chez le zangbéto, il faut tout d'abord une demande adressée au dignitaire du quartier dans lequel le demandeur réside ou voudrait être initié. Suite à un processus de consultation du Fâ, le jour le plus favorable est dévoilé. La veille du jour choisi, un ensemble de préparatifs doivent être faits par le demandeur afin préparer la cérémonie.

Ainsi le jour même, le demandeur se présente avec son parrain les yeux bandés, devant les masques et les initiés. Un repas est célébré et il est donné au candidat à l'initiation,un nom de baptême que tous les initiés connaissent mais ne doivent en aucune mesure dévoiler aux profanes. Il lui est également appris le langage des masques. Il connait les interdits et les obligations ainsi que ses droits et devoirs. Après trois mois, il devient un ancien, il devra participer aux cotisations et apporter des offrandes. Une amende est aussi imposée à un non initié qui ne respecte pas les fonctions de surveillance, de maintien de l'ordre, de respect des princes et auxiliaires de justice du masque.

VIABILITE
Non défini.
Contrairement au passé il y a plus de couleurs et d'apparitions du masque en public et lors des manifestations.
Pas de mesures de sauvegardes connues.

Pas de projets liés connus

BIBLIOGRAPHIE
LE ZANGBETO
Louis HOUNKANRIN
Les résultats disponibles sont les résultats du travail du projet "Patrimoine Bénin" (environ 500 éléments dans tout le Bénin), du projet PaCTE (environ 750 éléments dans le département de l'Ouémé) et de bénévoles (50 fiches cuisine, danses, ...). Le contenu n'est donc pas exhaustif:  Suggérez, nous rajouterons! (envoyez-nous un message, lien "Contact").

Espace PUB

< >

Un hébergement à Cotonou?

La maison de Canelia : Se sentir chez soi

Agence Dekart

Toute l'actualité culturelle

Visitez Porto-Novo et Région

Bienvenue dans la capitale!

Rejoignez-nous!