*Astuce* Utiliser la "case à cocher" sous la zone de Recherche pour activer ou non les filtres pour des résultats contenant au moins une image ou vidéo.

Tchokourou, Agou, Egou, Ignan, Sokoro, savoir-Faire culinaire, toutes les aires culturelles

CLASSIFICATIONS
Patrimoine Immatériel
N/A
Expressions des Savoirs Faire Traditionnels
Architecture mixte
STATUT INSCRIPTION
Pas d'informations sur l'inscription sur liste indicative nationale.
Non inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Non défini.
DESCRIPTION

Tchokourou, Agou, Egou, Ignan, Sokoro

Tubercule d'igname
Adja-Tado,Bariba,Dendi,Kutamaku,Yoruba-Nago
Atlantique-Littoral,Borgou-Alibori,Donga-Atacora,Mono-Couffo,Oueme-Plateau,Zou-Collines
Natitingou, Djougou, Kandi, Parakou, Savè, Dassa, Savalou, Kétou
Bariba, Dendi, Yoruba, Nago, Mahi, Fon
La pratique s'effectue dans la langue locale.

 

Le tchokourou est une préparation à base de tubercules d'ignames cuits et pilés. Il se mange avec toutes sortes de sauces, de préférence la sauce d'arachide. Présent dans l'ensemble du pays, la dénomination 'tchokourou' est plus particulièrement utilisée dans le nord (Parakou), ou bien 'Sokoro' à Natitingou.

Préparation du Tchokourou

Dans un premier temps, on pelle l'igname que l'on coupe en morceaux, puis que l'on fait bouillir.  Après cuisson, on retire l'igname de l'eau. Les morceaux sont placés dans un mortier.

Une ou plusieurs personnes se mettent à piler lentement pendant quelques minutes, puis augmente la cadence progressivement jusqu'à la fin. Le bois taillé spécialement pour piler est le "pilon", sa forme est adaptée pour piler à l'intérieur du mortier. Tout au long de l'action de pilage, les hommes ou femmes rajoutent de l'eau froide puis chaude dans des quantités variables dépendant de la texture de l'igname au fur et à mesure de l'action de pilage. Cet ajout d'eau a pour objectif de lier l'igname et de rendre le mélange plus tendre. Pour finir l'igname pilée est malaxée à la main afin de lui donner une forme de boule.

Accompagnement/accompagné de :

Cette préparation est accompagnée d'une sauce comme la sauce arachide, la sauce graine, la sauce feuilles ou bien encore la sauce gluante (ex: gombo).

Quand le consomme-t-on ?

Ce plat est en général consommé au déjeuner.


 

L'origine historique se situerait chez les populations du nord du Bénin.

"Les fabriquants de tambours, de gon et autres
-les couturiers
-les organisateurs de cérémonie
-les danseurs"
Être au moins adolescent pour participer à la préparation pour des questions de force physique
De génération en génération

Pratiques coutumières : le tchokourou peut être consommé à tout moment de l'année, cependant la consommation de la "nouvelle igname" est toujours précédée de rituels sous forme de fêtes. Ce n'est qu'après les rituels pratiqués dans chaque localité que l'on va commencer à consommer la nouvelle igname.

ELEMENTS MATERIELS ET IMMATERIELS ASSOCIES
Divers ustensiles et des éléments de chauffage, mortier, pilons.
VIABILITE
Non défini.
Aujourd'hui on peut obtenir le tchokourou en utilisant des machines pileuses.
Le savoir-faire demeure jusqu'à nos jours.

Pas de projets liés connus.

Ignames cuites prêtes à être pilées
Igname au début de l'action de pilage
"Boule" d'igname pilée accompagnée de sauce feuilles et viande
PERSONNES RESSOURCES
Les résultats disponibles sont les résultats du travail du projet "Patrimoine Bénin" (environ 500 éléments dans tout le Bénin), du projet PaCTE (environ 750 éléments dans le département de l'Ouémé) et de bénévoles (50 fiches cuisine, danses, ...). Le contenu n'est donc pas exhaustif:  Suggérez, nous rajouterons! (envoyez-nous un message, lien "Contact").

Espace PUB

< >

Un hébergement à Cotonou?

La maison de Canelia : Se sentir chez soi

Agence Dekart

Toute l'actualité culturelle

Visitez Porto-Novo et Région

Bienvenue dans la capitale!

Rejoignez-nous!